Maxence Doré

L’œuvre de Maxence Doré se caractérise par la mise en lumière d’univers méconnus dans lesquels le spectateur est amené à expérimenter un voyage cosmique et temporel. Mixant le dessin analytique et la pratique du graff, l’artiste visionnaire affirme une esthétique fine et colorée qui nous plonge dans un espace éloigné et mystérieux. En somme, la possibilité d’un voyage. Telle des cartes topographiques, voire géologiques, on peut lire dans ces huiles sur toile des réseaux hydrographiques qui s’entremêlent, des cumulonimbus qui se heurtent et même des failles qui s’entrechoquent. Œuvre ambitieuse où la cosmologie est définie par une accumulation de lignes qui évoque le trou noir, l’horizon, l’asymptote de la vie.

Tony Jouanneau 

Né le 9 octobre 1984 dans le Loiret, Tony Jouanneau commence ses études à l’Institut d'Etudes Ibériques de la Sorbonne.Il assiste le scénographe Eric Verrier à l'Atelier Brisepain en 2006. Dès 2005, il intègre le studio textile de Tzuri Gueta dans lequel il est embauché à la suite de son DNSP et où il restera jusqu’en 2016. Du bijou à l'objet en passant par la mise en espace, il est responsable de la conception et du développement de produits, scénographe des espaces d'exposition,  dirige les changements d’échelle et les réalisations graphiques de la société. 

Gao Lei

Gao Lei est un artiste chinois né en 1983 à Kunming, dans la province du Yunnan. Il entame ses études à l’Université du Yunan d’où il sort diplômé d’un Bachelor en Graphisme et Multimédia en 2006. Il poursuit ensuite son parcours universitaire en France où il obtient en 2008, à l’Université Paris VIII, une licence en Arts Plastiques, puis, en 2009, à l’École Supérieure des Arts Décoratifs De Strasbourg (Haute École Des Arts Du Rhin), il obtient un diplôme en Didactique Visuelle. Enfin, en 2011, de retour à Paris VIII, il est titulaire d’un master en Art Contemporain et Nouveaux Médias.

Silvère Jarrosson

Né en 1992, Silvère Jarrosson se forme au départ à l’école de danse de l’Opéra National de Paris. Diplômé en 2011, il est toutefois contraint d’abandonner cette discipline à la suite d’une blessure. Il se tourne alors vers la peinture et, porté par sa formation de danseur,  communique à ce nouveau medium une vision et une  esthétique marquées par le  mouvement. L’artiste s’oriente ensuite vers un cursus en biologie à l’université Paris VI. C’est là qu’il prend conscience de la complexité de la matière, tout à l’étonnement de la découverte et de l’observation  des couches sédimentaires qui trouveront plus tard un écho particulier dans ses travaux. 

Stéphane Lewin

Né le 13 juin 1965, Stéphane Lewin s’est formé au Centre Jean Verdier, à Paris. C’est la photographie qu’il choisira dans sa démarche artistique, traversant des phases « compulsives » où il ne cesse de photographier ce qui l’entoure et des périodes « d’abstinence ». L’artiste interprète ces fluctuations dans sa création comme une respiration, avec des phases d’inspiration où il saisit tout ce qui passe à sa portée, et de longues phases d’expiration où rien ne se passe.

Ines Leroy Galan

Née en 1988, à Paris, Inès Leroy-Galan est photographe et artiste plasticienne. Elle a étudié la photographie à l’École des Gobelins de Paris, avec une option post-production, après une formation en textile et graphisme. Elle s’est également formée à la peinture, la sculpture et le dessin. L’artiste a été également fortement influencée par le Surréalisme et le Minimalisme, ce qui se ressent visuellement dans une facette de son travail qui peut parfois prendre des aspects très oniriques.