Stéphane Lewin

Né le 13 juin 1965, Stéphane Lewin s’est formé au Centre Jean Verdier, à Paris.

C’est la photographie qu’il choisira dans sa démarche artistique, traversant des phases « compulsives » où il ne cesse de photographier ce qui l’entoure et des périodes « d’abstinence ». L’artiste interprète ces fluctuations dans sa création comme une respiration, avec des phases d’inspiration où il saisit tout ce qui passe à sa portée, et de longues phases d’expiration où rien ne se passe.

 

Le processus de création de Stéphane Lewin se fait suivant plusieurs stades. Le premier consiste à « débusquer ses sujets » : de grandes périodes qu’il qualifie « d’exploration » dans les jungles urbaines, lui permettent d’appréhender les choses et les êtres, comprendre les habitudes des citadins, et laisser les lieux de vie se dévoiler. Son travail d’artiste consiste à rassembler ces éléments dans un total cohérent, mais surtout à les imprégner d’un souffle vital.

L’artiste se tourne ensuite vers la création numérique qu’il considère comme plus compatible avec l’onirisme qu’il recherche pour ses œuvres. Ses talents de photographe, ainsi que sa maîtrise des logiciels de retouche lui permettent de transformer ses œuvres en énigmes, jouant sur le principe visuel de la paréidolie, qui permet au spectateur une libre interprétation de l’œuvre, comme lorsque l’on contemple des nuages à la recherche de formes reconnaissables.

 

L’artiste affine les formes, gomme leurs imperfections, modifie leur environnement, s’éloignant tellement de la prise de vue initiale que les sujets sont devenus méconnaissables.
Ils ne sont désormais plus une photo, deviennent peut être un dessin, une peinture, voire une création numérique. « En fait, différentes idées me guident dans mon travail. Je souhaite transposer une forme de pensée animiste dans mes œuvres, poser la question de savoir si ces objets ont une âme. J’imagine une multitude d’êtres qui nous entourent, nous regardent, et rient de nous. C’est pour cela que j’ai voulu revenir à l’enfance et à ces moments où l’imagination permet de transformer tout ce qui nous entoure selon sa fantaisie ».

 

L’artiste travaille depuis trois ans sur « Les Amis Imaginaires »,  série qui s’inspire de ses  jeux d’enfance : une histoire de rencontre ingénue, de mondes suspendus entre rêverie et réalité, visible et invisible. 

Site de l’artiste : http://stephanelewin.com/